Troubles répétitifs du comportement centrés sur le corps

Par Katharine A. Phillips, MD, Assistant Professor of Psychiatry, Weill Cornell Medical College; Attending Psychiatrist, New York-Presbyterian Hospital; Adjunct Professor of Psychiatry and Human Behavior, Alpert Medical School of Brown University Dan J. Stein, MD, PhD, Professor and Chair, Department of Psychiatry, University of Cape Town

Les troubles de comportement répétitif centrés sur le corps se caractérisent par des comportements répétitifs axés sur le corps (p. ex., se ronger les ongles, mordre sa lèvre, mâcher la joue) et par des tentatives d’arrêter ces comportements.

Les troubles du comportement répétitifs centrés sur le corps sont un exemple d’un autre trouble obsessionnel-compulsif spécifique connexe ( Trouble obsessionnel-compulsif (TOC)). Les patients qui souffrent de ce trouble se livrent de manière répétée à des activités corporelles (p. ex., se ronger les ongles, mordre sa lèvre, mâcher la joue).
Certains patients se livrent à ces activités de façon quelque peu automatique (c’est-à-dire, sans en être pleinement conscients); d’autres sont plus conscients de l’activité. Les comportements ne sont pas déclenchés par des obsessions ou des préoccupations au sujet de l’apparence, mais peuvent être précédés par une sensation de tension ou d’anxiété qui est soulagée par le curage, qui est souvent aussi accompagné d’un sentiment de satisfaction.

Un syndrome sévère d’onychophagie (onychotillomanie) peut provoquer des déformations importantes des ongles (p. ex., la difformité en planche à laver) et des hémorragies sous-unguéales.

Diagnostic

Pour satisfaire aux critères diagnostiques, les patients doivent généralement :

  • Présenter des comportements corporels répétitifs centrés sur le corps autres que la trichotillomanie ou le curage de la peau
  • Faire des tentatives répétées de réduction ou d’arrêt des comportements
  • Éprouver une détresse significative ou une altération des comportements

Traitement

Le traitement comprend des médicaments (p. ex., des inhibiteurs sélectifs de la recapture de la sérotonine) et une thérapie cognitive-comportementale. Il est similaire à celui de la trichotillomanie et du trouble d’excoriation (dermatillomanie).

 

Atteintes de dermatillomanie, le triturage compulsif des boutons, elles racontent leurs souffrances

POC – Se percer un ou deux boutons de temps en temps, ça n’a rien de grave. Passer chaque jour des heures à …

Dermatillomanie ou l’obsession de se percer les boutons

Pour soulager leurs tensions internes, certaines personnes inspectent et se triturent la peau au point de créer des lésions …

Dermatillomanie – Causes, symptômes et traitement

La dermatillomanie est un trouble psychologique qui provoque chez la personne qui en est atteinte, l’envie impérieuse …